Projet GC 2018 : découvrez le parcours d’Amine

amine gc
Amine participe à la 13e édition du projet  Génération Court,  c’est sa première expérience de réalisateur . Découvrons son ressenti sur cette aventure.

 

Comment as-tu connu Génération Court ?
J’ai connu Génération Court lorsque je travaillais à l’organisation qui était située pas loin de la rue  de la Commune de Paris, l’OMJA était à côté. C’est comme ça que j’ai découvert le projet et que j’ai assisté à deux finales au Grand Rex pendant deux année consécutives.

 

Pourquoi as-tu eu envie de participer au projet Génération Court ? 
J’ai pu assister à deux finales de Génération Court, ça m’a beaucoup plu, je pense que c’est ce qui a su réveiller mon envie d’y participer. De plus lors de ces finales il y a la présentation des parcours des différents participants, et j’ai trouvé ça très intéressant. De là je me suis dit pourquoi ne pas tenter ma chance.

 

Parle-nous un peu de ton projet
Mon court-métrage est une comédie qui traite du handicap, d’un point de vue contemporain. J’ai essayé de ne pas trop tomber dans les clichés. Je suis l’un des premiers concerné par le sujet, je pense avoir une certaine légitimité à l’aborder. J’ai donc apporté une touche d’humour.

 

Qu’est-ce que t’as apporté génération court dans la réalisation de ton projet ?
Génération Court m’a permis de vivre une belle expérience. Lorsque l’on vient de certains endroits, ce n’est pas tout le monde qui va venir vous tendre la main comme Génération Court a pu le faire. J’ai eu la chance de faire des stages pour me former car je n’avais aucune expérience dans le milieu.

 

A  ce stade du projet, quelles sont les difficultés rencontrées ? 
A l’heure actuelle je me permets de dire qu’il n’y a plus de difficultés. Cependant j’ai quand même fait face à des contretemps, mais nous avons su improviser.

 

Selon toi est-ce que l’on peut participer à Génération Court sans avoir d’expérience dans le cinéma ?
Je  suis comptable à la base, je n’ai rien à voir avec ce milieu. Je dirais que ce qu’il faut pour participer à Génération Court c’est de la volonté et un minimum de culture sur le cinéma.